Archives » Lire, écouter, voir

S01E20 : Grand Spry, petit Nicolas

nicolas

Il y a environ 15 ans, dans ma maison à moi, je m'ennuyais.

Ma Master System ne me tentait pas, il n'y avait rien à la télévision, le temps devait être gris vu que je ne suis pas sorti pour jouer avec mes copains. Sans trop y croire (et sans trop comprendre non plus), j'ai cherché quelque chose à lire dans ma modeste bibliothèque. Entre un Germinal que mon grand frère avait du lire au collège et les recettes antillaises de ma mère, je suis tombé sur Nicolas.

Je regardais le bouquin d'un œil bizarre : un dessin assez simple sur la couverture, très loin des mangas que je regardais à la télé, et surtout, c'était un livre, pas une BD. Mais bon, je me lance dans l'aventure. Au bout de quelques pages, j'étais déjà dans leur monde. Alceste, le petit gros qui mange tout le temps, avait un prénom bien compliqué pour quelqu'un de mon age, mais qu'importe. J'imaginais sans peine Agnan, Eudes, les parents de Nicolas, le terrain vague, le bouillon, Geoffroy et tout le reste. Le petit Nicolas n'était pas petit à mes yeux, mais sympa. Pas de mon temps, mais pas vieux non plus.

L'aventure aurait pu se terminer à la fin de ce volume. Mais par le plus grand des hasards, j'en ai découvert d'autres à la bibliothèque municipale. Ainsi, je pense avoir lu tous les épisodes de la vie de Nicolas.

Puis j'ai grandi. Avec un objectif en tête : Si un jour, je deviens réalisateur, je ferais un film sur ce petit garçon. Puis j'ai encore grandi. Afin de ne pas oublier mon copain d'enfance, je me suis racheté tous les volumes à la Fnac, d'un coup, et j'ai pris une semaine entière à tout relire. Je ne me souvenais de rien, alors j'ai encore pris du plaisir à lire.

J'ai bientôt 25 ans, et je me plonge actuellement dans les histoires inédites de Nicolas. Si personne ne fait un film (ou une série) sur cette bande d'amis, alors je le ferais tôt ou tard. Nicolas a autant le droit de vivre que Frodon ou San Antonio.

S01E19 : Mon iPote

photo_163

Ce petit engin, signature d’un monde musical en perdition, m’a réconcilié avec elle. Et oui, aussi difficile à croire que cela puisse être, l’ iPod mini, symbole de la société de consommation, est un très bon investissement.

Pourtant, c’était pas gagné d’avance. Acheter un appareil audio de 4 GB, c’était limite un peu trop pour ne pas goûter et me laisser envahir par l’excès de piratage. Mais en fait, c’était un choix stratégique : les iPod de 40 GB sont trop gourmands à mon goût pour pleinement apprécier ce qu’on écoute. Une fois mis toute sa discothèque dedans, on est plus impressionné par la place restante que les chansons à l’intérieur.

Toujours est-il que même après 500 morceaux mis dans mon iPod mini, il me reste encore de la place. Mais qu’importe, je me laisse le temps de mélanger un best of de Nougaro avec le premier album d’OFX, de découvrir les chansons du groupe Gordon Sanchez, de redécouvrir Justin Timberlake, etc. Y’a du rock, de la soul, du r&b, de la house, du rap et même de la bossa nova dans mon iPod Mini.

Et que dire des prix des chansons sur le Music Store ? On trouve la musique trop chère ? Venez donc par ici. Un album coûte 18 euros en magasin, contre 9.99 euros sur le support d’Apple. Mais ça ne m’empêche pas d’aller à la Fnac pour me prendre le Live de Corneille, y’a des choses qu’on aime avoir en concret. Mais pour les singles, c’est plus pareil : Environ 6 euros déboursés dans les boutiques pour avoir le morceau qu’on aime bien à la radio, mais 0.99 euros sur Music Store.

Quand je vous dit que je me suis réconcilié avec la musique, c’est que j’ai mes raisons.

S01E13 : La nouvelle star est...

totakeke

Vous, mélomanes de la première heure, je vous invite à découvrir cet artiste de génie, l'origine de la Nouvelle Scéne Jap' : Totakéké (aka Kéké, aka Tota K.K., aka the perfect genius).

D'ailleurs, les "Boites à Chaussures" le disent très bien "Tota a révolutionné le monde de la musique avec l'aide de sa plume envoutante... Tout le monde connaît ses airs, c'est le signe des plus grands". En posant ses mots le samedi soir dans le jeu vidéo Animal Crossing, Sir K.K. fait plus que donner des notes à Nintendo : il impose son art à toutes les familles.

Si la musique était orpheline depuis Hendrix, Lennon ou même Gainsbourg, elle a donc interet à vite adopter ce petit prodige...